Le langage de la « Sexe-Positivité » – 5 (suite et fin)

Suite et fin de la traduction de l’article « The Language of Sex-Positivity » par Charlie Glickman.

Certaines personnes lient le fait d’être à l’aise avec sa sexualité et le fait d’être à l’aise avec les autres processus corporels, plus spécialement avec les menstrues, la miction et la défécation. (Toutes ces choses qui se passent « là-dessous ».) Il est considéré comme impoli, voire carrément mal de mentionner ces processus corporels, en partie à cause de leur proximité avec nos organes sexuels. En conséquence, être à l’aise avec les uns dépend de notre degré de confort avec les autres. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas respecter certaines règles de politesse dans la conversation ; être à l’aise avec la nourriture ne signifie pas qu’il n’y a pas des moments où manger ou parler de nourriture est inapproprié. De manière similaire, être à l’aise avec les menstrues ne signifie pas que c’est en permanence un sujet de conversation acceptable ; cela signifie qu’il y a certaines occasions où ça l’est. Historiquement, une grande part de notre sexe-négativité provient de la même source que notre négativité corporelle, c’est pourquoi surmonter l’une implique souvent de surmonter l’autre.

De plusieurs façons, apprendre à démolir la sexe-négativité est liée au fait de travailler à mettre fin aux autres préjugés. La sexe-négativité renforce le sexisme à chaque fois qu’une femme se fait insulter en étant traitée de salope. Le mythe qui consiste à penser que les descendants des peuples africains sont hypersexués et sont de ce fait moins développés que les descendants des peuples européens découle clairement de l’idée que le sexe est mauvais. Chaque fois que nous sommes choqués d’apprendre que nos aînés ont une vie sexuelle, la sexe-négativité renforce l’âgisme, et c’est certainement une des racines de l’homophobie, qui est basée sur le fait que la sexualité de certaines personnes est en marge des normes établies. Ces exemples sont certainement simplifiés à l’extrême, mais il est facile de constater que la sexe-négativité est la trame de nos préjugés et à l’inverse, nos autres préjugés nous informent et nous aident à définir notre sexe-négativité, donc il n’est pas surprenant que travailler à mettre à bas les uns requiert de travailler à mettre à bas les autres. Peut-être est-il plus adéquat de dire que ne pas tous les éliminer empêche d’éliminer correctement chacun d’entre eux. Travailler à changer la façon dont nous parlons de sexualité est une tâche et un défi utile et il est important de reconnaître qu’il ne s’agit que d’une partie de la sexe-positivité. Apprendre et expérimenter la large variété des expressions sexuelles humaines, se sentir bien dans son corps, et développer des compétences de négociation sexuelle, c’est juste le sommet de l’iceberg. Cependant, apprendre à parler de sexe plus clairement et en y mettant du sens est une partie cruciale de la majorité de ces processus, sans laquelle nos autres efforts stagnent.

Une philosophie de la Sexe-Positivité

Que nous ayons arrêté d’y réfléchir ou pas, chacun d’entre nous a sa philosophie du sexe. Malgré le nombre de variations existantes sur le sujet, pour la majorité d’entre-nous dans nos cultures, cette philosophie part du principe qu’il y a quelque chose qui cloche avec le sexe. C’est quelque chose que l’on craint ou que l’on endure. C’est inextricablement lié au péché ou à la douleur. C’est un côté de notre nature animale qu’il faut combattre et surmonter. Ce n’est ni rationnel ni logique. C’est un mal nécessaire. Certains types de sexualité sont bons tandis que tous les autres sont mauvais. Même ceux d’entre-nous qui ne sont pas sexe-négatifs sur le plan intellectuel ont intériorisé beaucoup de ces messages.

En fin de compte, la sexe-positivité signifie que l’on créée une nouvelle philosophie du sexe. Bien que j’ai décrit quelques unes des possibilités auxquelles je pense que ça pourrait ressembler, il est difficile de prédire ce que ce sera effectivement ou de quelle manière nous y arriverons. Dans le même temps, bien que je ne sache pas quel sera le résultat final, je considère que changer notre langage est un point de départ raisonnable. Agir ainsi créée un défi, qui nous permettra de voir quelles seront les prochaines étapes.

Et voilà, ce fut long mais intéressant, et j’espère que ça vous aura plu.

Partie 1
Partie 2
Partie 3
Partie 4

Publicités

9 réflexions sur “Le langage de la « Sexe-Positivité » – 5 (suite et fin)

  1. Tout bonnement intelligent et clair. En plus, j’ai découvert un nouveau mot: miction (il a fallu que je cherche ce que c’était « 0_o ). Bref, ça fait réfléchir. Beaucoup.

    • Hum, je ne voyais pas trop comment traduire « urination » en français, de manière plus claire, sans tomber dans l’infantilisation ou le vulgaire, et c’est le seul mot que je connais qui correspond… ^^ »

      J’ai un autre article beaucoup plus court du même auteur que j’aimerais traduire, et un troisième d’un autre auteur, mais j’ai peur de lasser… xD

      • Je sais pas trop si c’est important mais en tout cas, moi, ça m’intéresse. Vois-tu, j’ai tjrs été plus ou moins fachée avec ma sexualité et l’image que mes partenaires me renvoyaient, je suis en plein réapprentissage et réappropriation de cette intimité et tes articles m’ont intéressée. Je trouve que ça n’est pas un mal d’avoir la chance de les lire et d’apprendre ou de comprendre des choses sur soi et sur les autres. Bref, fais comme tu le sens. De toute manière, quoiqu’il arrive, je reste attentive à ce que tu mets sur ce blog. A bientôt !

      • Merci !!! *é__è* Évidemment que c’est important. Même si on ne peut pas dire que mon blog soit très fréquenté, même par mes proches, au moins, il est fréquenté assidûment par une personne : toi ! :D Rien que pour ça, je devrais te faire un cadeau ! (Tiens, c’est pas bête ça, tu es intéressée par une écharpe, ou un amigurumi ? xD)

        Et pas de souci, si ça t’intéresse, je continuerai !!! :3 Ceci dit, pour des articles plus intéressants encore, tu peux aller sur Sexactu ! ^^ C’est là que j’ai pioché l’article de Charlie Glickman, dans les liens d’un des articles. ^^

  2. Amigurumi ?! Je vais t’appeler Maître Capello ! Bon, je l’ai tapé sur Google, et ça m’a l’air très mignon.
    Mon cadeau, c’est d’avoir de tes nouvelles régulièrement sur ton et mon blog ! Pas besoin de plus ! Gros bisous.

  3. Pingback: Le langage du "Sexe-Positif" – 2 | Lalalin

  4. Pingback: Le langage du "Sexe-Positif" – 3 | Lalalin

  5. Pingback: Le langage du "Sexe-Positif" | Lalalin

  6. Pingback: Le Langage de la "Sexe-Positivité" – 4 | Lalalin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s