Internet au travail

J’ai été nouvellement embauchée, et je suis ravie de constater que lors de mes deux heures de pause au travail, il m’est possible, avec mon propre ordinateur, d’aller sur internet grâce au FreeWiFi (service mis en place pour les possesseurs de Freebox, qui permet de profiter d’un peu de bande passante à proximité d’une Freebox, n’importe laquelle, pourvu qu’on ait conservé les identifiants).

Non pas que je ne puisse pas m’en passer, comprenez, mais deux heures sans rien faire à part :

– manger (15 minutes en moyenne)

– aller aux toilettes (10 minutes en moyenne) – facultatif

C’est beaucoup. En tout cas pour moi. Apporter un bouquin serait tout aussi agréable, mais j’aurais peur de m’y plonger trop profondément (et de louper l’heure de la reprise), ou au contraire, de m’endormir devant (fâcheux, non ?). J’ai donc eu l’idée, aujourd’hui, de prendre ma chouquette* avec moi. Au pire, m’étais-je dit, je pourrai écrire un peu. Au mieux, j’arriverai à capter un réseau !!!

Et j’ai capté un réseau ! N’est-ce pas absolument merveilleux ?

La transition est facile maintenant, pour parler des connexions pendant les heures de travail. Formellement interdites dans la plupart des entreprises, tolérées dans certaines (à condition bien sûr de ne pas en abuser), autorisées dans de rares entreprises qui ont compris par où passait une partie du bien-être de leurs employés, les connexions à internet pour consultation personnelle ouvrent un vaste débat.

Personnellement, dans toutes les entreprises où j’ai travaillé assise derrière un écran (oh, attendez, quatre, en fait… -__-‘), incluse l’actuelle, j’ai pu me connecter à internet, non pas avec l’aval de mes supérieurs, mais « discrètement », et uniquement pour de courtes périodes et lorsque, vraiment, je n’avais rien d’autre à faire. Dans l’une de ces entreprises, j’ai même lu l’intégralité du roman Jane Eyre sur Wikisource, parce que 80 % de mon travail s’effectuait en 1 h à peine. Et les 20 % restants consistaient à répondre au téléphone. Rarement.

Je considère que cela devrait être possible pour tous les employés qui ont des postes à « occupation variable », c’est-à-dire qui sont susceptibles d’avoir des périodes d’inactivité totale. Non seulement rester sans rien faire est contre-productif (sic), parce que ça endort et que la concentration diminue pour le moment où une activité surviendrait, mais en plus, même lorsque l’activité est soutenue, s’il s’agit de tâches répétitives (remplir des tableaux, classer des données, etc.), il vaut mieux faire des micro-pauses, sans quitter son siège pour autant.

Bien sûr, ça n’est que mon point de vue. Techniquement, il y aura toujours des gens pour abuser de ce type de permissions, et d’autres qui ne pourront pas en profiter du tout. Mais je voulais échanger un peu avec vous à ce sujet.

Alors, internet au boulot, ou pas ?… :3

*chouquette : il s’agit de mon mini-pc. C’est petit, ça coûte cher, ça contient pas grand chose, mais c’est tellement chouette…

Publicités

7 réflexions sur “Internet au travail

  1. Internet, toujours pratique pour vérifier une horaire de ciné entre deux tableaux, un mail, une orthographe, une définition, une donnée la tout de suite maintenant, comme ça s’appelait ce truc ?

    In-dis-pen-sable !

  2. Nous, internet est absolument interdit au taff, nous n’avons accès qu’à des sites particuliers qui servent au travail (très folichon: sites juridiques et administratifs uniquement). Mais bon, travaillant dans une admnistration, vu le nombre de gens qui aiment la glandouille, ben je crois que c’est pas plus mal.
    Toutefois, quand quelqu’un veut glandouiller, ben il peut le faire autrement qu’en allant sur internet… alors tant qu’à faire, j’aimerais bien de temps en temps surfer sur mon fesse de bouc ou sur mon super blog… ou celui de mes amis de blog.
    Mais c’est un vaste débat que tout ça. En plus, vu la manière dont nos transactions informatiques sont pistées au boulot, j’aimerais pas trop que mon employeur ait accès à mes connexions internet et qu’il puisse me juger là-dessus (pas que je consulte des sites borderlines mais bon, ma vie privée, elle est privée…).

    • Là dessus, complètement d’accord… C’est pour ça que je vérifie toujours avant toute chose que je peux au moins effacer les traces les plus évidentes avant de faire quoi que ce soit ! xD Et j’évite d’aller sur les sites borderline que je côtoie, depuis le boulot. ^^

      Ceci dit, c’est marrant, tu ne bosserais pas sur la RP, ma parano se mettrait en marche : je bosse désormais dans un Service Juridique… xD

      • Je sais même pas ce que c’est la RP ! J’te rassure, je fais partie des gentils en matière d’admnistration, en général, on m’aime bien ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s