Gueulante.

Envie de vider un peu mon sac.

Après avoir reçu une réponse négative, à l’instant, après un entretien pour un poste d’assistante dans une agence d’intérim, en CDI ; après un courrier de Pôle-Emploi qui me renvoie ma demande d’allocation en me disant qu’elle est incomplète parce qu’il manque mes 13 derniers bulletins de salaire, alors même que ça n’était précisé nulle part sur le courrier initial, et que j’avais déjà joint quatre années d’attestations de fin de contrat et autres certificats de travail, comme demandé ; après ces énièmes déconvenues concernant ce système inique totalement dépassé et aveugle, je n’ai qu’une seule envie : tout envoyer bouler. Partir construire une maison dans la forêt, sans rendre de comptes à personne.

Enterrer les éventuels empêcheurs de glander en rond dans le jardin, pour en faire de l’engrais naturel. Faire ma vie le plus simplement possible, en travaillant la tête (je laisse ce joli lapsus qui intervient assez judicieusement là où je voulais écrire « terre ») et les élevages de vers de farine pour manger, et en passant mon temps libre à dessiner, peindre, lire, apprendre, découvrir.

OÙ EST L’INTÉRÊT DE CE PUTAIN DE MONDE DE MERDE ?! Je pète les plombs, moi, j’en peux plus d’essayer de rentrer dans un moule qui me rejette à chaque pas, et qui, lorsqu’il m’accepte, ne le fait qu’à contre-cœur (je le vois bien, je ne suis pas dupe). Je veux qu’on arrête de vouloir me faire croire que vivre, ça consiste à courir vers la mort en accumulant la paperasse et les emmerdes, et en ne profitant des « à-côté » qu’en tant que passe-temps ! Comme si vivre était un loisir ! Vivre c’est pourtant bien une évidence, non ?! Une putain de nécessité ! Alors pourquoi s’empoisonner la vie au nom de la société ? On connaît pourtant des sociétés qui vivent bien mieux, qui vivent vraiment, et qui n’ont ni administration fiscale, ni agence pour l’emploi, ni sécurité sociale…

À quoi bon vivre cent ans d’une vie morne et répétitive, à travailler en tant que rouage d’une mécanique même pas bien huilée ? Je préfèrerais autant vivre soixante ans d’une vie épanouie à regarder le ciel, naviguer sur les rivières et la mer, et dormir dans un hamac. Donnez-moi ma vie. Non, RENDEZ-LA MOI !

Publicités

4 réflexions sur “Gueulante.

  1. Où l’on constate que, bien qu’adhérant au concept de sexe-positivité, j’ai quand même du mal à l’appliquer, concrètement… hum…

    • Salut mon p’tit bisounours ! Malheureuse je suis de te voir dans cet état de baissage de bras mais j’ai envie de te dire de ne pas laisser tomber, d’insister car oui, la vie est une s*l*p* mais de temps en temps, y’a un truc bien qui surgit et qui nous permet d’encaisser les mauvais coups qui suivent.
      Certes, notre société a ses défauts mais elle a aussi ses qualités. Je te parle en connaissance de cause. Je travaille de l’autre côté du miroir, dans une administration française qui distribue de l’argent en contrepartie de papiers, beaucoup de papiers (ça te rassure si je te dis que je travaille pas à Pôle Emploi ?). Bref, oui, des papiers, c’est chiant, surtout quand il en manque, mais ça permet pour un temps d’avoir un répit financier qui permet de se retourner pour trouver quelque chose d’autre. Et dis toi que la nana qui te demande tous ces papiers, ben va falloir qu’elle épluche tout ça après sur son bureau et que ça risque lui prendre du temps. Elle fait pas ça pour t’emmerder, c’est juste son boulot, même si parfois il est chiant et pas gratifiant.
      Et puis, au bout d’un moment, tu t’emmerderais dans la nature, sans eau courante, sans chauffage, sans frigo, sans téloche, sans ordi ni internet (et du coup sans Wookie) et sans tous ces trucs super pratiques et scientifiques qui soulagent la vie des femmes chaque mois, à la mauvaise période (le Wookie est pragmatique).
      Bref, pour te dire que t’es pas seule, que c’est un mauvais moment à passer et que ça peut que s’améliorer tout ça !
      Bon courage à toi. Je fais de grosses bavouilles toutes affectueuse.

      • Je sais qu’on ne se connaît pas en dehors d’internet, mais voilà : je t’aime très fort. Merci pour ton soutien !

        Je sais bien que « l’administration » c’est un concept et que derrière, y’a des individus. C’est pas aux individus que je reproche quoi que ce soit… C’est juste que ça me fait chier que le dossier prenne du retard simplement parce que, bah, voilà, il manque un truc qu’était pas indiqué dans la liste des trucs à fournir, et ça me gonfle de devoir renvoyer le tout demain.

        Cela dit, comme je vais pas trop bien, j’ai tendance à me focaliser sur le négatif, mais y’a du positif, et pas qu’un peu : mon Papa a trouvé du boulot, mon chéri et moi on a trouvé un logement pas cher et deux fois plus grand que l’actuel, et en plus j’ai bien mangé ce soir, en regardant Raiponce pour la énième fois. D’ailleurs, je trouve qu’il y a décidément trop de poussière ici, je pleure, je pleure… :D Mouahahaha.

      • Lol ! Tu sais que dans la scène où Raiponce sort de chez elle et qu’elle rit, et qu’elle pleure, et qu’elle rit, et qu’elle culpabilise, et qu’elle rit, et qu’elle pleure… Hé ben, c’est moi ! J’adore ce film, un vrai bon moment de bonheur à voir effectivement quand ça va pas. Et moi aussi je te kiffe ma grande ! J’aime ta sensibilité et ta candeur (et ça n’est pas une insulte, bien au contraire), ça manque aujourd’hui dans un monde où il faut être à tout prix cynique et blasé ! Reste comme tu es ! Bisous tout plein ! Et profite de ton nouvel appart ! Et mes félicitations à papa !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s