« Il baise dans la cour de récré »

Lecteurs – en fait, lectrices officielles de mon blog, je sais, ce titre est absurde et vulgaire et il n’a rien à faire sur un blog comme le mien. Sauf que c’est en cherchant ces termes, semble-t-il, que la plupart de mes visiteurs occasionnels tombent sur mon blog.

En effet, j’ai compté (toutes orthographes confondues) :

– six « Il(s) baise(nt) dans la cour de récré(é)(e) » ;

– deux « elle baise à la récré(e) » ;

– neuf « sexe (dans la) cour de récré » et un dixième avec « photos » en plus.

Du coup, je m’interroge. Quel peut-être le profil de ces personnes ? Vu le vocabulaire et l’orthographe employés, il ne s’agit pas de personnes tenant la littérature en haute estime et probablement peu cultivés, ou alors dyslexiques. De plus, dans une recherche de mots clefs, les termes « cour de récré » (à mon sens) s’appliquent plutôt aux écoles primaires et aux collèges. Je me demande donc qui peut chercher à connaître/voir/parler de sexualité enfantine… En tout cas, j’espère qu’il ne s’agit pas d’adultes ayant une sexualité anormale et potentiellement dangereuse (passage à l’acte). Probablement pas des lycéens non plus, ce serait plutôt « dans la cour du lycée », il me semble. Et du reste, je vois mal des lycéens s’adonner à ce genre de pratiques dans un lieu qu’ils utilisent plutôt pour se rassembler, fumer et dénigrer les profs. Ou alors, en dix ans les choses ont bien changé. Nous c’était les toilettes qui étaient le plus souvent mystérieusement occupées…

Alors, pourquoi des primaires ou des collégiens iraient faire ce genre de recherches sur Google ? Et cliqueraient alors sur le lien vers mon blog ? (Et pourquoi diable ce dernier est-il le premier lien à ressortir lorsqu’on fait cette recherche ?!) J’ai plusieurs théories.

1) Ils ont surpris un couple en pleine action (ou ont été témoin d’un viol), dans leur cour de récré, et veulent savoir si c’est courant, comment réagir face à ce genre d’évènement, connaître les motivations des intervenants.

2) C’est une légende urbaine qu’ils ont appris à l’école, et ils veulent vérifier que c’est vrai, ou faux, savoir qui, quoi, quand, comment.

3) Ils ont été mis en contact très (trop, sans doute) tôt avec la pornographie, mais en tant qu’enfants, la relient à leur univers connu, l’intègre à cet univers et, en quelque sorte, explorent une sexualité narcissique naissante (des « fantasmes ») par ce biais.

Dans tous les cas, je trouve ça assez malsain, surtout la troisième hypothèse (et ce que ça implique pour le développement psychique de l’enfant), et assez marquant. Ça dénote d’un certain degré de voyeurisme et d’une impossibilité, ressentie ou réelle, d’en parler d’abord et avant tout à leurs parents (sinon, pourquoi utiliser internet pour ce genre de questionnement ?). Par exemple, lorsque j’étais enfant, il m’est arrivé deux ou trois fois, à l’école primaire, d’être témoin involontaire d’actes d’exhibitionnisme infantile. Je ne condamne pas ces actes, qui me semblaient curieux mais bien anodins à l’époque, mais je m’interroge sur ce qui avait pu pousser ces enfants à expérimenter, explorer cette part d’eux-mêmes (phase de découverte du corps et de la sexualité, typique et parfaitement normale à ces âges quand elle est intime et privée) en public et au su et au vu d’autres enfants (fort heureusement, en tout cas je l’espère, pas devant des adultes), plutôt que dans l’intimité. Je crois bien qu’à l’époque, sans que ça m’ait choquée, j’avais dû en parler à mes parents, le mentionner comme une anecdote du genre « Qu’est-ce que tu as vu à l’école aujourd’hui, ma bibounette ? – Y’a Cyril qui a montré son zizi en classe, j’étais assise à côté de lui. » Et puis voilà. Ça s’arrêtait là.

Pourquoi cette requête, vraiment, je me questionne. Et ce langage très cru. Baiser, c’est un si joli mot dans le sens d’embrasser, avec un double sens très laid. Pourquoi l’utiliser alors que l’enfance possède son lot de termes délicieusement naïfs et évocateurs tels que « faire crac-crac » ?…

Vous, visiteurs occasionnels qui venez ici en cherchant ces termes, j’apprécierais grandement que vous veniez éclairer ma lanterne et m’expliquer d’où diable vous vient ce genre de lubie. Et vous, lectrices officielles, si vous avez la moindre idée sur la question, n’hésitez pas non plus. Je me doute que mon article a des airs de « de mon temps » et de « les enfants, d’nos jours, c’est plus c’que c’était », mais quand même, je crois que je suis choquée. Et s’il ne s’agit pas d’enfants, alors je prépare la castration chimique, hein. Juste au cas où.

Publicités

6 réflexions sur “« Il baise dans la cour de récré »

  1. Dans les mots clefs surprenants que j’ai découverts encore aujourd’hui dans mes statistiques, il y a, au choix et dans le désordre : « nerd et sexualité » (ça pourrait faire un bon article, ça, j’en suis sûre), « passer une gueulante par email » (hein que ça soulage, hein ?), « quand tu ne pas humilié c’est facile pour toi » (ah bah, oui, forcément, ça facilite la vie), « mots et langage du sexe » (là encore, bonne idée d’article ! :D), « sexe:que signifie »aimer le chocolat » » (celle-ci, no comment, hein -__-‘), et ma préférée : « par megarde j’ai tombé un morceau de sopalin dans le WC most ».

  2. Alors, très chère Gulby, ce qu’il te faut admettre, c’est que le terme « baiser » est depuis longtemps détourné de sa première vocation et qu’il est utilisé à tout va par les jeunes… et les moins jeunes pour qualifier tout et n’importe quoi. Je travaille dans une administration en lien avec le public et il n’est pas rare d’entendre « je vais te baiser pauvre conne » « le système nous baise » « allez vous faire encu**r » et tutti quanti. Il va falloir t’y faire, une partie assez importante de la population utilise de vilains termes dans leur langage quotidien. Et les enfants ont la mauvaise habitude de copier leurs parents… Moi la première, je dis « putain » assez souvent, ça fait partie de la ponctuation d’accent de ma petite province. Et pourtant, quand je le dis, aucun rapport avec ces braves dames qui exercent le plus vieux métier du monde.
    Alors oui, le français et la française sont de temps en temps vulgaires. Et j’avoue que comme toi, le fait d’aller sur internet pour rechercher « il baise dans la cours de récré » me choque un chouillat. Mais vois tu, je crois que c’est parce que nous sommes légèrement naïves. Nous n’avons pas ce genre d’interrogation alors effectivement, ça nous surprendra toujours de savoir que d’autres pensent différemment. Et vice et versa, on surprendra toujours les autres par notre candeur naïve et nous subiront toujours de gentilles moqueries à ce sujet.
    Pour moi, les personnes qui tapent ce genre de recherche sont des jeunes qui veulent voir ce qu’ils n’osent pas faire: y’a un côté voyeur et immature histoire d’avoir sous les yeux l’accomplissement d’un fantasme d’ado ou de pré-ado. Après, si ça émane d’adultes, c’est méga flippant.
    En tout cas, je te bise très fort et suis contente de te lire !

    • Je suis contente de savoir que tu es comme moi à ce niveau-là, quelque part, ça me rassure. Je sais bien que tout le monde utilise à tort et à travers divers gros mots et jurons, moi la première, mais pas… Moui, bon, si, en primaire aussi, mais pas de cette manière-là et puis pas sur internet. -__-‘

  3. Les gamins qui tiennent des propos orduriers m’ont toujours choquée, parce que « de mon temps » (lol), on me menaçait de me rincer la bouche au savon si un vilain mot m’échappait x) Et évidemment, bien que des « putain » m’échappent régulièrement, il est plus que rare de m’entendre proférer des termes aussi vulgaires, ne serait-ce que par mon rapport plus qu’antagoniste avec la sexualité.

    Cela étant, je suis tellement blasée que ça ne m’étonne pas plus que ça en fait. La question qu’on peut se poser, c’est surtout pour quelle obscure raison de tels mots clefs parviennent sur ton blog ? x)

      • C’est en grande partie à cause de mes articles sur la « sexe positivité », ou comment, justement, mettre à bas les clichés sexistes par l’usage d’un langage imagé moins stigmatisant envers la (les) sexualité(s).

        Ce qui me rassure, c’est qu’il y a aussi pas mal de recherches qui aboutissent à mon blog via, justement, les termes « sexe positif » et autres dérivés… Au moins ça sert à quelque chose ! :D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s