L’ordre Machete

Je me suis dit que j’allais de nouveau me lancer dans la traduction d’un article, mais concernant cette fois-ci un sujet un peu plus culturel et moins cul tout court.

Il s’agit de l’article Star Wars: Machete Order, écrit par Rod Hilton, et qui a eu un tel succès sur la toile que son auteur a dû créer une page dédiée pour éviter la surcharge de son serveur… :D

Star Wars : l’ordre Machete

écrit par Rod Hilton

La très soudaine popularité virale de cet article a dézingué mon serveur internet, j’ai donc retiré toutes les images et les trucs inutiles. Désolé pour l’aspect moche. Si vous voulez, vous pouvez voir l’article original sur mon blog, .

Table des matières

1. Deux choix
2. Une suggestion alternative
3. Je vous présente : l’ordre Machete

  1. Qu’est-ce qui est supprimé ?
  2. Pourquoi est-ce que ça fonctionne mieux ?
  3. Qu’est-ce qui fonctionne le mieux ?
  4. Qu’est-ce qui ne fonctionne pas mieux ?

4. Tentez le coup

  1. Mise à jour
  2. Regarder l’épisode I

Préparez-vous, ce qui suit est un article de blog incroyablement long au sujet de Star Wars.

J’ai déjà évoqué le fait que je ne sois pas super fan des différentes modifications apportées à la trilogie Star Wars originale, il est donc raisonnable de partir du principe que je ne suis pas non plus super fan de la trilogie préquelle. Il y a beaucoup de gens qui détestent tellement la trilogie préquelle qu’ils n’envisagent même pas de la regarder. Dans mes mauvais jours, je suis l’un d’entre eux, mais dans mes bons jours, je vois quelque valeur dans la trilogie préquelle, même si je considère ces épisodes comme inférieurs sur virtuellement tous les plans.

Pour les personnes qui ne pourraient se soucier moins de la trilogie préquelle, je leur suggère Harmy’s Despecialized Editions. Ce sont des disques Blu-ray en 720p (en fait, des disques AVCHD) qui sont le résultat de « Harmy » de The Original Trilogy forums qui a minutieusement reconstitué l’expérience de sortie en salle des trois films en utilisant une large variété de sources vidéo ainsi que de montages personnalisés. Télécharger, graver, étiqueter et imprimer les jaquettes pour ces films est l’un des choses les plus nerd 1 que j’aie faite (à part écrire cet article de blog), et je suis extrêmement content de l’avoir fait. Quand j’ai envie de regarder Star Wars juste pour moi, ce sont ceux que je regarde. Si ça vous convient aussi, arrêtez là votre lecture.

Mais que faire si vous souhaitez inclure la trilogie préquelle ? Peut-être que vous montrez les films à un public plus jeune qui ne sera pas capable de les apprécier et de les aimer à cause des effets spéciaux vieillis et déconcertants. Peut-être que vous ne voulez pas faire l’effort de télécharger et graver vos propres disques, et acheter les Blu-ray officiels vous suffit. Peut-être que vous êtes d’avis que les éditions originales comme au cinéma ne sont plus désormais considérées comme canon, et vous êtes un nerd concerné par ce genre de choses. Mince, peut-être même que vous aimez vraiment la trilogie préquelle (sérieusement ?).

Quelle que soit votre raison, si vous montrez à quelqu’un l’éditions officielle de Star Wars pour la première fois (sans Phantom Edit), vous devez prendre une décision quant à l’ordre dans lequel montrer les films.

Deux choix

Il y a deux options évidentes pour regarder la saga Star Wars.

  • L’ordre de sortie – Regarder les films dans l’ordre dans lesquels ils sont sortis au cinéma, et recréer ainsi votre expérience de visionnage pour quelqu’un qui ne les a jamais vus.
  • L’ordre des épisodes – Regarder les films dans l’ordre voulu par George Lucas, en commençant par l’épisode I et en continuant jusqu’à l’épisode VI.

Il y a deux défauts critiques avec ces deux ordres, malheureusement, qui les rendent l’un comme l’autre caducs.

Le problème avec l’ordre des épisodes c’est qu’il ruine la surprise de la révélation que Vador est le père de Luke. Si vous pensez que cette révélation n’a plus vraiment d’impact puisqu’elle fait partie de la culture générale, je vous suggère de regarder la tête que font ces enfants. Cette révélation est l’une des plus choquante de l’histoire du cinéma, et si un novice à la série a réussi à éviter de se la faire spoiler, regarder les films dans l’ordre des épisodes serait comme regarder Sixième sens en commençant par la fin.

L’autre problème avec l’ordre des épisodes c’est que la préquelle n’a pas vraiment d’histoire. C’est juste la mise en place du contexte pour la véritable histoire, qui est la tentative de Luke pour détruire l’Empire et sauver son père. Regarder 3 films de contextualisation ne sert pas à grand chose si vous n’avez jamais vu les films auxquels ils servent de contexte. Bordel, c’est pour ça que George Lucas a fait Un nouvel espoir en premier, il savait que s’il commençait avec l’épisode I, il ne pourrait jamais compléter la série. Faire commencer quelqu’un par l’épisode I est le meilleur moyen de s’assurer qu’il n’ira pas au bout de la totalité de la franchise.

Malheureusement, l’ordre de sortie est également un échec immédiat, et la raison tient en un seul plan. Si vous regardez la trilogie originale en premier, alors après que l’Empire est détruit et que tout le monde est en train de faire la fête, Luke jette un œil à ses mentors, Ben Kenobi et Yoda, et ils sont soudain rejoints par… un espèce d’adolescent moyen à l’air douteux et qui aurait bien besoin d’une coupe de cheveux. Mettre Hayden Christensen à la fin du Jedi, alors qu’il n’est dans AUCUN des autres films, transforme une fin qui devrait être une célébration en une fin confuse pour le spectateur. Le fait que Christensen semble déshabiller quelqu’un avec les yeux n’aide pas vraiment.

Donc aucun ordre ne fonctionne vraiment. Que faire ?

Une suggestion alternative

Comment pouvez-vous vous assurer de conserver la révélation surprise de Vador, tout en présentant le jeune Anakin avant la fin du Retour du Jedi ?

C’est simple, regardez les films dans cet ordre : IV, V, I, II, III, VI.

George Lucas croit que Star Wars est l’histoire d’Anakin Skywalker, mais ce n’est pas le cas. La préquelle, qui établit son personnage, est tellement peu centré sur ce personnage que, si la série concerne Anakin, la série entière est un échec. Anakin n’est pas un personnage marquant, Luke si.

Cet ordre alternatif (qu’un commentateur m’a signalé s’appeler l’ordre Ernst Rister) insère la trilogie préquelle au milieu, permettant à la série de se terminer sur une fin sensée (la destruction de l’Empire) tout en commençant quand même par le voyage de Luke.

Effectivement, cet ordre conserve l’histoire de Luke. Au moment où l’on laisse Luke à l’épineuse question « comment mon père est-il devenu Dark Vador ? », on a un flashback étendu pour expliquer exactement comment. Une fois que l’on a compris comment son père s’est tourné vers le côté obscur, on revient à la trame principale et on voit comment Luke peut l’en sauver et préserver ce qu’il y a de bon en lui.

La préquelle arrive au moment idéal, parce que L’Empire contre-attaque finit sur un gros cliffhanger 2. Han est pétrifié dans la carbonite, Vador est le père de Luke et l’Empire a durement frappé les Rebelles. Retarder la résolution de ce cliffhanger ne rend que plus savoureux le visionnage du Retour du Jedi.

Narrativement, c’est tout comme un film qui commence par une grande ouverture, puis revient « 2 ans plus tôt » pour une bonne partie du film, jusqu’à rattraper le temps présent et conclure l’histoire.

Je vous présente : l’ordre Machete

Maintenant j’aimerais modifier cet ordre pour en faire ce que j’appelle l’ordre Machete dans l’espoir vain que ça fasse mouche parce que je suis un trou du cul vaniteux.

La prochaine fois que vous voulez faire découvrir Star Wars à quelqu’un pour la première fois, regardez les films dans cet ordre : IV, V, II, III, VI.

Vous avez remarqué ? Ouais, y’a plus d’épisode I.

Les épisodes II et III ne sont pas vraiment du Shakespeare, mais à côté du désastre complet et absolu qu’est l’épisode I, ils y ressemblent. Au moins le III.

L’épisode I est un échec à tous les niveaux possibles. Le jeu d’acteur, le scénario, la réalisation et les effets spéciaux sont tous atroces, et le film est d’un ennui mortel. Fort heureusement, George Lucas nous a fait une faveur à tous en proposant un épisode I dont le contenu n’a aucun rapport avec le reste de la série. Sérieusement, réfléchissez-y une minute. Listez autant de choses que possible qui surviennent dans l’épisode I et qui aident réellement à étoffer l’histoire dans aucun des épisodes suivants. Je n’arrive à en trouver qu’une, sur laquelle je reviendrai plus tard.

Tous les personnages qui sont présentés dans l’épisode I sont, au choix, tués ou supprimés avant la fin (Dark Maul, Qui-Gon, le chancelier Valorum), anodins (Nute Gunray, Watto), ou mieux présentés dans un épisode ultérieur (Mace Windu, Dark Sidious). Est-ce que ça importe vraiment que Palpatine ait eu un apprenti avant le Comte Dooku ? Nan, Dark Maul est tué avant la fin de l’épisode I et n’est plus jamais mentionné. Vous pourriez tout aussi bien commencer en pensant que Dooku était le seul apprenti. Est-ce que ça importe vraiment qu’Obi-Wan ait été formé par Qui-Gon ?  Nan, Obi-Wan se débrouille pour former Anakin au début de l’épisode II, Qui-Gon est complètement hors-sujet.

Lisez dans votre cœur, vous savez que c’est vrai ! 3 L’épisode I n’a aucune importance. Vous pouvez commencer la préquelle à l’épisode II et ne rien manquer du tout. Le texte d’ouverture de l’épisode II résume tout ce que vous avez besoin de savoir concernant la préquelle : un groupe de systèmes veulent quitter la République, ils sont menés par le Comte Dooku, et la Sénatrice Amidala est une sénatrice qui s’apprête à voter pour ou contre la création d’une armée par la République. Natalie Portman est appelée Sénatrice Amidala deux fois durant les 4 premières minutes du film, de sorte qu’on ne se pose pas la question de savoir qui est qui.

Qu’est-ce qui est supprimé ?

Voilà quelques petites choses que vous n’aurez plus désormais à voir dans votre expérience de visionnage de Star Wars, en ignorant l’épisode I.

  • Virtuellement pas de Jar-Jar. Jar-Jar a à peu près 5 lignes de texte dans l’épisode II, et aucune dans l’épisode III.
  • Pas de midichloriens. Il n’y a qu’une seule référence aux midichloriens après l’épisode I, et dans le contexte, ça peut passer pour un truc aussi bénin que l’ADN.
  • Pas de Jake Lloyd. Désolé Jake, ton jeu d’acteur est terrible et je n’ai jamais vraiment voulu voir Dark Vador petit garçon.
  • Pas de ruse perturbante autour de Padme/de la Reine. Toute l’intrigue secondaire avec Padme et son leurre n’a absolument aucun sens. Il est clair que c’était pour que les gens interagissent avec Padme sans savoir que c’était elle la Reine, mais c’est incroyablement alambiqué et inutile.
  • Moins de perturbantes relations maître/apprenti. Dark Sidious forme le Comte Dooku, Obi-Wan forme Anakin. Pas d’autre relation formateur/stagiaire qui pourraient embrouiller la trame de fond. Moins de personnages à découvrir, ce qui fait que l’histoire est plus ciblée.
  • Plus de conflits commerciaux. « L’intrigue » de l’épisode II c’est qu’un groupe de systèmes veut quitter la République. C’est beaucoup plus facile à comprendre pour un enfant que des conflits commerciaux.
  • Pas de course de pod. Sérieusement, qu’est-ce qu’on en a à carrer ? Une séquence d’action pour avoir une séquence d’action et ça continue pour toujours. Un grand nombre d’intrigues tournant autour des paris et de la liberté subséquente d’Anakin sont également supprimées.
  • Pas de naissance virginale. On ne sait ni se soucie tout simplement pas de savoir qui est le père d’Anakin, et la subtile insinuation qu’il s’agit de Palpatine est balayée.

Mais virer l’épisode I n’est pas seulement prétendre qu’un film merdique 4 n’existe pas. Voir l’épisode II immédiatement après le V et l’épisode III immédiatement avant le VI sert bien mieux l’histoire, en fait, que le fait d’inclure l’épisode I.

Pourquoi est-ce que ça fonctionne mieux ?

Comme je l’ai mentionné, cela créée pas mal de tension après le cliffhanger de la fin de l’épisode V. Et ça permet d’utiliser la trilogie originale comme encadrement pour la trilogie préquelle. Vador lâche l’énorme bombe de sa parenté avec Luke, puis on constate, en deux films, qu’il dit la vérité, puis on découvre comment tout cela se résout. L’expérience Star Wars commence par le film qui présente le mieux l’univers de Star Wars, l’épisode IV, et il finit avec la fin la plus satisfaisante, l’épisode VI. Cela permet aussi de commencer la série avec les deux films les plus solides, et vous évite d’avoir à commencer ou terminer votre expérience de visionnage avec un film merdique 4. Deux films autour de l’histoire de Luke, deux films autour de l’histoire d’Anakin, puis un film qui entrelace et met un terme aux deux histoires.

Au-delà de ça, l’épisode I présente Anakin comme un mignon petit gosse, totalement innocent. Mais l’épisode II le présente rapidement comme impulsif et avide de pouvoir, ce qui est cohérent avec le fait de finalement devenir Dark Vador. Obi-Wan ne semble jamais vraiment avoir aucun contrôle sur Anakin, hésitant entre le traiter en ami (leur toute première conversion ensemble dans l’épisode II) et le traiter en apprenti (leur seconde conversation, avec Padme). Anakin n’est à aucun moment un enfant insouciant qui crie « youpi », il est un adolescent complexe sur le point d’exploser de rage dans presque toute les scènes. Cela a bien plus de sens pour Anakin d’avoir toujours été comme ça.

Au début de l’épisode II, Padme fait référence à Anakin comme au « petit garçon que j’ai connu sur Tatooine ». Les deux semblent avoir approximativement le même âge dans l’épisode II, donc le spectateur en vient naturellement à la conclusion que les deux personnages sont amis d’enfance. Cela dissimule complètement l’étrange écart d’âge entre eux durant l’épisode I, et prête bien plus de crédibilité à la romance qui s’en suit. Les scènes dans lesquelles on les voit tomber amoureux l’un de l’autre semble construites sur une amitié d’enfance qui nous n’avons jamais vue mais que nous pouvons penser exister. Puisque leur relation est la raison finale qui entraîne Anakin vers le coté obscur, qu’elle soit un minimum crédible fait une grosse différence.

Obi-Wan a maintenant une barbe pour la durée entière de la série, et Anakin Skywalker a toujours porté du noir. Puisque ces deux personnages sont joués par différents acteurs (et sont les seuls personnages de la série à se distinguer de la sorte), faire en sorte qu’ils soient visuellement cohérents joue un rôle important pour renforcer l’idée qu’ils sont les mêmes personnes.

Cet ordre préserve également les deux principaux rebondissements. George Lucas savait que regarder les films dans l’ordre des épisodes supprimerait la révélation de Vador, alors il a ajouté la révélation au sujet de Palpatine pour compenser. Puisqu’on ne rencontre pas vraiment l’Empereur avant l’épisode VI, cet ordre préserve le fait que Palpatine ait pris le pouvoir en tant qu’Empereur. L’épisode I montre bien dès la scène d’ouverture que Dark Sidious manipule la Fédération du Commerce, et ça semble plutôt évident que Sidious est Palpatine. Mais si vous ignorez l’épisode I, tout ce que nous voyons c’est que le Comte Dooku est à la tête d’un mouvement séparatiste, à lui tout seul. Dooku dit  à Obi-Wan que le Sénat est sous contrôle d’un seigneur Sith appelé « Dark Sidious », mais à la fin du film, après que Dooku se soit enfuit de Geonosis, il va à la rencontre de son « maître », qui se révèle être Dark Sidious. C’est la première fois que nous réalisons que le mouvement séparatiste est en fait contrôlé par Sidious, et c’est la première fois que nous le voyons, ce qui ne laisse pas une chance au public de réaliser qu’il est Palpatine (souvenez-vous, personne n’a jamais fait référence à « l’Empereur Palpatine » à ce moment de la série).

L’ordre Machete conserve également la surprise au sujet du lien de parenté entre Luke et Leia, la découvrant à l’épisode III plutôt qu’au VI, quand Padme annonce le nom de sa fille. C’est même un rebondissement plus efficace dans ce contexte que lorsque Obi-Wan l’annonce simplement à Luke dans Le retour du Jedi. On le découvre avant Luke, et on se rend compte qu’elle porte des jumeaux en même temps qu’Obi-Wan lorsque le Gynobot le lui dit. Le nom de Luke vient en premier, ce qui fait que quand Padme nomme l’autre enfant « Leia », ça nous fait un sacré choc. Et en bonus supplémentaire, il y a maintenant environ 5 heures de film entre la découverte qu’ils sont frère et sœur et le moment où ils se sont embrassés.

Qu’est-ce qui fonctionne le mieux ?

Le mieux dans tout ça, c’est qu’en fait cet ordre accentue une tension particulière dans Le retour du Jedi.

Souvenez-vous, nous voyons dans l’épisode V que la vision de Luke dans la grotte sur Dagobah est sa transformation en Dark Vador, puis nous découvrons que Vador est son père. Puis nous voyons les épisodes II et III, dans lesquels son père sombre vers le côté obscur afin de protéger les êtres qu’il aime. Après ça nous voyons le VI, dans lequel Luke finit par affronter l’Empereur.

Souvenez-vous que nous ne voyons jamais Anakin en tant que petit enfant, il a à peu près le même âge lorsqu’on le voit pour la première fois que Luke dans l’épisode VI. Les plaintes incessantes de Hayden Christensen dans l’épisode II sont en fait bien moins chiantes maintenant, parce que cela nous aide à faire le lien avec le personnage de Luke, qui se plaint tout autant dans l’épisode IV. En d’autres mots, en ignorant l’épisode I, les parallèles entre Luke et Anakin sont bien plus marquants. Nous avons vu Obi-Wan former uniquement ces deux-là, et nous n’avons pas à subir la formation d’Obi-Wan lui-même par qui que ce soit. Le spectateur relie naturellement les destins de ces deux personnages à ce moment.

La première fois que nous voyons Luke dans Le retour du Jedi, il est entièrement vêtu de noir, tout comme son père l’était. Il donne R2D2 et C-3PO à Jabba le Hutt, à leur grande surprise. Luke ne ressemble pas vraiment au Jedi propret qu’il prétend être. Puis, lorsqu’il finit par entrer dans le palais de Jabba, le morceau qui est joué sonne un peu comme la Marche Impériale, et la façon dont il entre avec la lumière derrière lui nous laisse douter qu’il soit Luke ou Vador. Puis, il utilise la force pour assommer les gardes de Jabba, une chose que seul Vador a fait de toute la série ! Personne d’autre ne le voit faire ça.

Lorsqu’il affronte Jabba, il le prévient qu’il va emmener ses amis avec lui. Il dit à Jabba qu’il peut au choix en profiter, « ou être détruit ». De plus, il dit à Jabba de « ne pas sous-estimer [son] pouvoir ». La dernière fois que cette phrase a été prononcée, c’était par Anakin lors de son duel contre Obi-Wan. Lorsque qu’on regarde ce film uniquement, Luke semble juste être un poil arrogant durant cette scène. Mais si on le regarde juste après avoir vu La revanche des Sith, le message est clair : Luke Skywalker est sur le chemin du côté obscur.

Pourquoi est-ce que c’est important ? Parce qu’à la fin du Retour du Jedi, Luke affronte l’Empereur. L’Empereur lui explique que l’attaque sur l’Étoile de la Mort est un piège et que ses amis vont mourir, et il ne cesse de tenter Luke, de lui dire d’attraper son sabre laser et de le combattre. Le film essaye de nous faire douter de la possibilité que Luke puisse embrasser le côté obscur, mais ça n’est pas vraiment crédible. Cependant, dans ce contexte où on le voit suivre les traces de son père, en utilisant le pouvoir du côté obscur pour sauver les gens, avec les amis de Luke qui se font tuer juste devant le hublot de l’Étoile de la Mort, c’est bien plus crédible.

Peu de temps après, Luke pète les plombs et casse la tronche à Vador, se laissant clairement submerger par sa colère. De rage, il surpasse les pouvoirs de Vador et coupe son bras, tout comme Anakin face à Windu dans l’épisode III. La menace très réelle, rendue palpable par le visionnage des épisodes II et III avant le VI, de voir Luke suivre les pas de son père augmente la tension de cette scène, et ça améliore même Le retour du Jedi. Oui, regarder La revanche des Sith fait du Retour du Jedi un meilleur film, plus efficace. Quand on considère que c’est le plus faible des trois films originaux, cette amélioration est la bienvenue.

Qu’est-ce qui ne fonctionne pas mieux ?

L’ordre Machete n’est pas parfait. Il y a quelques tout petits problèmes qui surviennent en regardant les films dans cet ordre.

La séquence de Kamino est un peu troublante. Puisqu’il semble que les cloneurs « attendaient » Kenobi, le spectateur pourrait se demander si l’épisode I le montrait en train de créer l’armée des clones ou ce genre de truc. Comiquement, l’épisode I n’explique en fait rien du tout et ne rend pas cette scène moins ambiguë, mais le fait que le spectateur sache qu’un film a été ignoré amplifie la confusion.

Qui-Gon est mentionné une fois dans l’épisode II et une fois dans l’épisode III. Par chance, dans les deux cas, sa relation avec les personnages est réexpliquée, donc ça passe. Dooku explique que l’ancien maître d’Obi-Wan, Qui-Gon, était autrefois son apprenti, puis dans l’épisode III, Yoda dit à Obi-Wan que Gui-Gon a appris à communiquer après la mort. C’est juste un peu bizarre, mais ça passe.

Les épisodes II et III abordent tous deux le fait qu’Anakin fasse partie d’une prophétie, qui n’est jamais vraiment expliquée (parce qu’elle l’a été dans l’épisode I). C’est malheureux, mais le bon côté de la chose, la dernière fois qu’elle est mentionnée dans l’épisode III, Yoda dit qu’elle peut avoir été mal interprétée.

Le plus gros défaut de cet ordre c’est quand Anakin retourne sur Tatooine. Nous ne savons pas que sa mère est une esclave, et nous ne savons pas qu’il a construit C-3PO. Lorsqu’il a des visions de sa mère mourante et qu’il y retourne, Watto lui apprend qu’il l’a vendue. Ce n’est pas quelque chose qu’on s’attend à entendre concernant la mère d’un Jedi, alors ça surprend un peu. Quand Anakin se rend dans la ferme à humidité de Lars, Troipéo 5 l’appelle « le créateur » et ils agissent comme s’ils se connaissaient, mais ce n’est pas clairement stipulé qu’Anakin a créé Troipéo. Cela attire définitivement l’attention sur le fait que l’un des films a été ignoré. C’est bien la seule et unique chose qui est réellement rendue plus obscure par l’éviction de l’épisode I.

Tentez le coup

Vous pourriez vous demander si ça vaut le coup d’ignorer l’épisode II et de regarder uniquement le III, simplement pour présenter le jeune Anakin à temps pour Le retour du Jedi. Je ne vous le recommande pas, tous les personnages que vous avez besoin de connaître pour l’épisode III et qui ont été présentés dans l’épisode I sont de nouveau rapidement présentés dans l’épisode II, mais l’épisode III part du principe que vous savez qui est qui. Maladroit 6 comme il est, c’est son amour pour Padme l’ultime raison qui fera sombrer Anakin vers le côté obscur, et l’épisode II nous le montre bien. Qui plus est, si l’on manque la création de l’armée des clones dans l’épisode II, voir les Jedi se battre à leurs côtés durant le III serait très perturbant dans la mesure où ils ressemblent presque exactement aux Stormtroopers dans le III. L’ordre Machete n’interfère même pas avec le canon – tout ce qui se passe dans l’épisode I est malgré tout canoniquement en accord avec cet ordre, c’est simplement qu’on ne le regarde pas en tant qu’élément de la saga principale.

J’ai tenté de vider mon cerveau et de regarder les films dans cet ordre et ça rend l’ensemble de l’expérience infiniment plus agréable. Si vous trouvez quelqu’un qui n’a jamais vu aucun film de la saga Star Wars, essayez de lui montrer les films dans cet ordre et venez poster un commentaire détaillant le moindre point d’ambiguïté qu’il ou elle aurait pu soulever en les regardant. J’ai l’intuition qu’il n’y en aura pas beaucoup, si toutefois il y en a.

Mise à jour

J’ai découvert récemment que la petite amie étudiante de mon beau-frère par alliance n’avait jamais vu aucun film de la saga Star Wars et voulait tous les regarder durant les vacances d’hiver. Armés des nouveaux Blu-ray, nous avons tous décidé de les regarder ensemble, et je les leur ai montrés dans l’ordre Machete. Ça a en fait fonctionné encore mieux que je ne l’avais prédit – c’est presque comme si c’était l’ordre initialement prévu. Il y a là une bonne structure , qui emporte le spectateur dans une série de hauts et bas émotionnels. Le IV finit sur une victoire qui a un arrière-goût sinistre, puis le V est sombre et s’arrête sur un cliffhanger, le II se termine sur une victoire qui a un arrière-goût sinistre, puis le III est sombre et s’arrête de nouveau sur un cliffhanger. Cela fonctionne incroyablement bien, et à la fin du III, tout le monde a demandé à regarder immédiatement le VI pour voir comment tout se goupille.

Et ce qui est peut-être le plus important, les défauts de l’ordre Machete semblent ne pas être problématiques du tout. Quand Anakin retourne sur Tatooine dans le II, la conversation avec Watto lui [la copine du beau-frère, ndlt] a immédiatement indiqué que la mère d’Anakin était une esclave. Elle a demandé pourquoi Anakin n’était jamais revenu pour la libérer après être devenu un Jedi, mais l’épisode I ne propose pas vraiment de réponse à ça.

Le truc qui l’a le plus dérangée ça a été quand Leia et Luke se parlent dans Le retour du Jedi, et que Leia dit qu’elle se souvient de sa mère. Avec quelques films entre le III et le VI, on pourrait oublier cette réplique, mais regarder le VI juste après le III l’a fait mettre sur stop et demander « attends, quoi ? Comment peut-elle se souvenir de sa mère ? » De la même façon, ça l’a tracassée que R2D2 ait des rétro-propulseurs dans la préquelle mais pas dans les autres films, et tout ce que j’ai pu répondre c’est « ouais, ça m’enquiquine aussi. » Je lui ai demandé si elle avait trouvé Jar-Jar chiant et elle a répondu « qui ? » – Mission accomplie.

Regarder l’épisode I

L’épisode I contient quelques moments qui rattrapent le tout, comme la tension lors du duel final après que Qui-Gon est tué, et pour des raisons qui m’échappent, certaines personnes semblent réellement apprécier la course de pod (je l’ai détestée). On peut sans doute dire que l’épisode II est pire que le I.

La raison de son éviction n’est pas seulement qu’il est mauvais, c’est que l’ensemble de l’histoire de la saga, qui consiste en la découverte par Luke de son lignage Jedi, sa formation pour devenir le dernier des Jedi, sa tentation à suivre les pas d’Anakin et pour finir sa victoire sur la tentation et la rédemption qu’il donne à son père, est BIEN MIEUX raconté en incluant les II et III, là où le I ne sert qu’à nous distraire de l’arc principal.

En soi, certaines personnes pourraient vouloir regarder l’épisode I, après tout. Comme l’ont pointé certains de mes commentateurs, il y a malgré tout une place pour l’épisode I dans cet ordre. La place idéale se situe après que  la « saga principale » des IV, V, II, III, VI soit complète. Pas immédiatement après, mais du genre « d’accord, Star Wars est fini, mais il y a encore quelques trucs que tu peux regarder qui prennent place dans la même galaxie avec quelques unes de ces personnes. »

Semblable aux Animatrix, qui peuvent être regardés à n’importe quel moment après le premier, l’épisode I, la série animée The Clone Wars, la série en images de synthèse The Clone Wars, un certain nombre de jeux vidéo et le film d’animation The Clone Wars peuvent tous être présentés comme une partie de la collection des « trucs en plus, faits pour les gosses »4. Dans ce contexte, l’épisode I peut être considéré comme une préquelle autonome à la saga principale.

Ce n’est pas une partie du visionnage principal, mais plus comme un genre d’univers étendu, comme de jouer à un jeu vidéo ou de lire un comics ou un roman Star Wars. Je pense que c’est plutôt une bonne idée si vous tenez vraiment absolument à inclure l’épisode I. Personnellement, je ne pense pas que je le ferai, comme je n’aime vraiment pas la course de pod ni même Dark Maul, mais l’option existe.

1. Le terme original est neckbeardy, ce qui, d’après Urban Dictionary, s’applique de manière péjorative aux nerds.
2. Un cliffhanger est un mot anglais utilisé en français pour désigner un élément de surprise, de suspense à la fin d’un film ou d’un épisode de série, et qui donne envie de voir la suite.
3. Dark Vador : Non, je suis ton père.
Luke skywalker : Non, c’est impossible !
Dark Vador : Lis dans ton coeur, tu sauras que c’est vrai.
Luke skywalker : Noooon ! Non ! (citations tirées de la saga Star Wars sur Wikiquote)
4. Il s’agit là de l’opinion de l’auteur de l’article (et d’un bon nombre de fan sans doute) mais pas de la mienne.
5. Dans le texte original, l’auteur choisit soudain d’appeler C-3PO « Threepio », ce que j’ai décidé de traduire par « Troipéo ».
6. « Ham-handed » dans le texte original, ce qui est très évocateur quand on sait que ham signifie jambon et hand signifie main…

Publicités

5 réflexions sur “L’ordre Machete

  1. Bon, j’ai pris le temps avant d’en trouver (du temps) pour lire l’article, mais ce fut une lecture très enrichissante pour moi ! Sans être fan de Star Wars, ça m’a donné envie de revoir les six épisodes, en testant l’ordre Machete (je regarderai le I en dernier)

    Et sinon, je voulais te complimenter sur la traduction, à aucun moment je n’ai eu l’impression que c’était un article traduit (impression qui m’arrive parfois quand je lis certains textes), c’était très naturel, et vu sa longueur ça a dû être un sacré challenge !

    Merci pour la traduction ;)

    • Merci beaucoup ! *^^* J’ai essayé de faire une traduction la plus naturelle possible, en effet, en évitant de tomber dans le littéral, tout en essayant de conserver le propos (parfois très familier) de l’original. Ton commentaire me ravit ! :3 Merci beaucoup d’avoir pris ce temps-là !

      Tu me diras ce que tu en auras pensé ?…

  2. Pingback: Les joies du stage | Des bouts de moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s